skip to Main Content
01 83 79 95 95 contact@voxy.fr

Comment aller vers le Cloud Computing ?

Cloud_computingLe Cloud Computing est largement évoqué dans la presse spécialisée comme une voie d’évolution et de modernisation incontournable pour les systèmes d’information d’entreprise. Le Cloud promet des améliorations importantes en matière de :

  • rapidité : la mise en service d’un nouveau serveur ou d’une application peut être réalisée dans un délai de quelques jours au lieu de quelques semaines ou mois
  • souplesse/élasticité : les moyens matériels nécessaires peuvent être ajustés très rapidement selon les fluctuations de votre activité
  • sécurité : les moyens de protection mis en œuvre à grande échelle peuvent répondre aux plus grandes exigences
  • économie : les spécialistes et les moyens requis pour exploiter les systèmes sont uniformisés, ce qui permet de couvrir un spectre élargi de services avec des ressources optimisées.

Comme en tout domaine commercial, il ne suffit pas de se lancer aveuglément dans l’aventure pour que ces promesses soient tenues. Il faut préalablement :

  • s’assurer de la conformité des offres ou solutions proposées aux niveaux de service annoncés et de leur pérennité (suivi des évolutions techniques, adoption par des entreprises comparables …)
  • bien comprendre ce que les différentes offres techniques (DaaS, IaaS, PaaS, SaaS)peuvent respectivement apporter
  • déterminer la voie que devra suivre l’entreprise pour maximiser les retours de son investissement.

La voie à suivre dépend de nombreux critères caractérisant le situation de l’entreprise : sa couverture géographique, la typologie de ses clients (particuliers, secteur public ou privé), l’attitude de ses concurrents vis-à-vis du traitement de l’information, l’état de ses propres infrastructures informatiques, l’étendue fonctionnelle qu’elle doit ou souhaite couvrir, les compétences dont elle dispose en interne ou à sa proximité, et bien entendu ses moyens financiers.

Cet article du Monde Informatique ébauche quelques-unes des voies possibles
(cet article est reproduit et complété ici).

Nous allons expliciter ici les principales voies d’évolution particularités techniques et nos préconisations pour chacune de ces voies.

Sécuriser les données : En termes techniques on parle de Daas (Data As A Service), il s’agit de transférer certaines données de l’entreprise vers des systèmes de stockage mieux protégés, plus performants, plus disponibles ou moins coûteux que ceux dont l’entreprise dispose déjà. On peut employer cette technique en premier lieu pour disposer de copies de secours, puis les exploiter comme données originales pour réduire les coûts (comme on le fait dans un entrepôt centralisé pour réduire les stocks), ce qui impose de réarticuler et standardiser les échanges entre programmes de traitement.

Inconvénient : pour des volumes de données importants, les coûts réseau peuvent être très élevés.

Ré-héberger: En termes techniques on parle d’IAAS (Infrastructure As A Service), il s’agit de déplacer les programmes et les données de l’entreprise sur des moyens assurant une compatibilité technique quasi-totale avec les anciens matériels, systèmes d’exploitation, et autres logiciels de base qu’auparavant, quelques adaptations techniques sont néanmoins nécessaires. Cette méthode peut s’appliquer y compris à des logiciels que l’entreprise a acheté et dont elle ne dispose pas du code source. Bien entendu ces programmes ne pourront pas rendre plus de services qu’auparavant ; on pourra néanmoins compter sur une plus grande disponibilité et espérer au mieux un accroissement de leurs performances.

Inconvénient : l’hébergement ou la virtualisation de systèmes anciens ou très spécifiques n’est pas toujours possible.

Migrer :  En termes techniques on parle de PAAS (Platform As A Service), il s’agit de réimplanter les programmes sur un environnement technique plus moderne que celui utilisé auparavant. Ce procédé permet de prolonger de quelques mois ou années la durée de vie d’applications anciennes sur des matériels et systèmes d’exploitation plus récents. Assez-voisin du ré-hébergement, il requiert néanmoins des adaptations mineures, mais permet souvent d’améliorer la disponibilité et les performances, et peut parfois apporter quelques possibilités additionnelles permises par le nouvel environnement (augmentations de capacités, mécanismes de reprise).

Inconvénient : la compatibilité avec de très vieux outils de développements n’est pas toujours possible ou réduit les fonctionnalités ou les possibilités d’évolution des applications migrées.

Réviser : le PaaS offre de bonnes voies d’évolution puisqu’il permet de faire évoluer le code source des programmes en vue d’exploiter des possibilités nouvelles offertes par les nouveaux matériels,  systèmes d’exploitation et moyens de stockage de données. Dans ce cadre nouveau, les applications peuvent progressivement évoluer vers une meilleure exploitabilité (haute disponibilité ou traitement parallèle par exemple) ou vers des fonctions nouvelles (interface web, communications avec d’autres logiciels, échanges avec des partenaires, etc.). Cette formule entraine nécessairement des charges de modification plus importante qu’une simple migration.

Inconvénient : les évolutions seront lentes et limitées par la conception initiale des applications.

Reconstruire: pour bénéficier plus rapidement des possibilités offertes par le PaaS, il est parfois préférable de maintenir un peu plus longtemps les anciens systèmes et concevoir de nouvelles versions des applications qui tirent le meilleur parti des plateformes techniques actuelles. La charge de développement sera alors plus concentrée dans le temps, mais permettra de livrer plus tôt aux utilisateurs des applications rajeunies. La reconstruction peut aussi apporter une réduction significative des coûts ultérieurs d’exploitation et de développement.

Inconvénient : le coût élevé de la reconstruction ne peut être justifié que si la pérennité de l’application est certaine.

Nous consacrons ici un article spécifique au PaaS, pour éclairer les décideurs et responsables informatiques sur la démarche à suivre afin d’assurer une modernisation efficace de leur parc d’applications et profiter pleinement de cette opportunité.

Remplacer:  en termes techniques on parle de SAAS (Software As A Service), il s’agit d’abandonner les anciens « logiciels maison » au profit de « progiciels du marché » (à condition bien sûr que ceux-ci couvrent assez de fonctionnalités). Cette voie entraine des changements très importants des habitudes de travail pour les utilisateurs au moment de la transition entre les anciens et les nouveaux logiciels. Elle nécessite donc une politique très importante d’accompagnement et de formation. L’objectif recherché dans ce cas est l’arrêt plus ou moins rapide des activités (internes ou externes) de développement et d’exploitation informatique, l’adoption de progiciels standards devant permettre à l’entreprise de bénéficier des évolutions de ces logiciels à plus faible coût (ce coût étant partagé entre toutes les entreprises clientes).

Inconvénient : l’entreprise perd la liberté de faire évoluer l’application selon ses propres convenances.

Le tableau ci-dessous indique les effets induits par chacune des démarches présentées ci-dessus.

Avant de lancer un projet Cloud, il est donc primordial de situer votre informatique et les axes d’amélioration recherchée par votre entreprise afin de déterminer la démarche adaptée pour chacune de vos applications.

APS-VOXY dispose de méthodes et de nombreux retours d’expérience pour vous aider à définir les opportunités et les plans d’actions adaptés à vos contraintes et à vos objectifs. De plus, nous avons établi la liste des précautions à prendre, notamment sur le plan juridique et en matière de sécurité, pour choisir les opérateurs et fournisseurs compétents.

Cet article comporte 2 commentaires

Les commentaires sont clos.

Back To Top
Rechercher